Nouvelles

Lubie et JBLP deviennent Beauvoir

L’agence estrienne mise sur ses racines pour rejoindre le monde

Près d’un an après sa fusion, Lubie-JBLP concrétise la vision qui avait motivé le projet à l’origine. L’agence créative devient ​Beauvoir ​​et profite de l’occasion pour resserrer les liens avec sa région, inaugurer ses nouveaux bureaux et célébrer ses 10 ans en affaires.

Le 22 février 2018, le studio de production vidéo et multimédia ​JBLP annonçait une acquisition-fusion avec sa collaboratrice de longue date : Lubie​​, une agence de communication spécialisée en développement Web et design graphique.

Depuis 10 ans, les deux entreprises réalisent des projets créatifs pour des clients nationaux et internationaux tels que Bombardier, Lassonde, Pomerleau, Canatal, et Tourisme Alberta, ainsi que pour de dynamiques organisations de la région, dont Dermapure, Maskatel et la Ville de Sherbrooke. Pilotée par une équipe de 25 passionnés, l’agence aspire à percer encore plusieurs marchés, ici et ailleurs.

« Notre industrie traverse des changements majeurs depuis les dernières années », explique Jean-Baptiste Le Pesant, président de l’agence. « On ne peut plus travailler comme on le faisait il y a 10 ou 15 ans. » Mathieu Groulx, vice-président, renchérit : « Pas seulement parce que ce nous désirons assurer un haut retour sur investissement à nos clients, mais surtout parce que plus que jamais, nous visons avoir un impact concret dans leurs opérations et dans leurs communautés. »

C’est dans cet esprit que l’équipe créative a engagé son processus de rebranding c​ e printemps. « On a d’abord pris du recul pour nous pencher sur ce qui nous différencie de nos concurrents », raconte Charles Blouin, directeur de création design chez Beauvoir. « Au-delà de notre esprit de famille et de notre passion, on s’est rendu compte que notre particularité première, c’est notre localisation. » « Notre compétition se trouve à Montréal, à Québec et dans d’autres grandes villes nord-américaines », explique Maxime Bergeron-Moreau, directeur de création contenu. « Nous, on est de Sherbrooke, on est des Cantons-de-l’Est, et on en est fiers. »

Une localisation plus avantageuse par rapport aux États-Unis et aux grands centres, un centre-ville en plein essor et un paradis du plein air à proximité… Pour la direction, il n’y a pas de meilleure position, tant par rapport aux enjeux de recrutement que pour le développement des affaires. « Plus de temps à créer et à s’épanouir, moins de temps perdu derrière un volant dans le trafic », résume Jean-Baptiste.

C’est ensuite en parcourant les alentours qu’est venue l’inspiration.
« Pour les gens de Sherbrooke, Beauvoir, c’est la colline qui surplombe le nord de la ville, explique Maxime. Pour les autres, c’est un nom de famille distingué qui sonne aussi bien ici qu’ailleurs, en plus d’être la somme de deux syllabes qui résument bien ce que nous faisons. On a voulu en faire le nom de notre famille ».

Pour le développement de la nouvelle image de marque, Charles a fait appel aux services d’Alexandre Saumier Demers, designer et typographe montréalais réputé, ayant d’ailleurs collaboré à la création de la nouvelle police de caractères de Radio-Canada. Alexandre s’est inspiré des styles de typographies utilisés sur d’anciennes cartes des « ​Eastern Townships​ » pour créer un logotype moderne rendant hommage à l’héritage historique des Cantons-de-l’Est.

Pour soutenir ses nouvelles aspirations, Beauvoir a dû procéder à plusieurs nominations et embauches. Parmi ces embauches, soulignons notamment l’arrivée de ​Maude Bussières​​ (ex-Tux, ex-Sid Lee) à titre de directrice artistique, de ​Jean-Philippe Marcoux​​ (ex-Tank) qui occupera le poste de directeur de compte et de ​Jean-François Venne​​ (ex-DG des Entreprises d’entraînement de l’Abitibi) qui assumera le rôle de producteur Web. Devenue trop nombreuse pour ses locaux de la rue Albert, l’équipe a déménagé dans des bureaux nouvellement rénovés au 165 rue Wellington Nord vers la fin octobre.

Pour révéler sa nouvelle identité, Beauvoir a tenu le 6 décembre dernier une soirée de lancement avec plus d’une centaine de collègues, amis, clients, élus et gens d’affaires de la région.